L’association

L’association Rwanda avenir (loi de 1901) a été créée en 2004, lors de la dixième commémoration du génocide, qui a fait près d’un million de morts parmi les Tutsi et les Hutu modérés qui s’opposaient aux massacres. Chaque jour : 8 000 morts. Une génération entière a disparu. Les survivants sont majoritairement des femmes, « les veuves », et des enfants, orphelins.

Rwanda avenir se situe délibérément dans la perspective de l’après génocide et s’est fixé comme objectif de participer à la reconstruction psychique des victimes et d’aider prioritairement les femmes rescapées, isolées ou regroupées dans des associations.

Dans ce pays enclavé au sein de la région des Grands Lacs, qui compte huit millions d’habitants, les séquelles traumatiques sont omniprésentes. Des thérapeutes, des conseillers en traumatisme, des associations de rescapés et des associations de femmes prennent en charge la détresse d’une population traumatisée, pauvre et souvent malade. La démarche de Rwanda avenir est solidaire et complémentaire de leurs initiatives. Et tout particulièrement de celles du Docteur Naasson Munyandamutsa, psychiatre, superviseur des psychothérapeutes rwandais, enseignant à l’Université nationale du Rwanda (UNR), et d’Esther Mujawayo, rescapée rwandaise, cofondatrice de l’Association des veuves du génocide d’avril (AVEGA), auteure de SurVivantes, aujourd’hui thérapeute en Allemagne.

L’ouverture d’un lieu d’échanges, d’ouverture, d’apaisement, d’écoute, de sécurité et de projets est facteur de paix, de réconciliation et de développement. Des activités culturelles (les fresques murales Imigongo) et des projets économiques (un restaurant, une crèche, des chambres d’hôtes) seront mises en œuvre pour briser la force d’attraction quasi hypnotique que conserve souvent le souvenir traumatique et apporter le souffle d’un autre langage.


Le Comité d’honneur :